Double-cliquez pour taper le texte
Double-cliquez pour taper le texte

Ostéopathie au féminin 418-391-2939

Des soins pour les femmes de tout âge 





 

"L’Ostéopathie est l’art et de traiter, par la main, les dysfonctions de la micro mobilité es tissus du corps, qui entraînent des troubles fonctionnels pouvant perturber l’état de santé."


(Référentiel Profession Ostéopathe ®)






Les douleurs pelvi-périnéales qui font suite à l’accouchement

Dans le cadre de notre travail passionnant avec les femmes en périnatalité depuis plusieurs années, les plaintes sur la douleur concernant la zone périnéale et pelviennes post-accouchement sont assez fréquentes et souvent troublantes pour plusieurs d’entre-elles.


Le bassin de la femme et son plancher pelvien est un lieu de convergence important. Il s’oppose entre les forces de gravité venant du haut et les forces de réaction du sol (parce que pris entre les deux). Il contient merveilleusement les organes reproducteurs, permet la fécondation, protège le fœtus et le maintient comme dans un nid. Il constitue par son extrémité basse, la voie de passage et d’ouverture lors de la naissance, mais aussi disons-le, lieu de plaisir sexuel et d’élimination. Donc beaucoup de choses dans un si petit espace, ce qui le rend si important.


C’est l’espace d’ouverture bien sûr mais il assure aussi le rôle de soutient des viscères contenu dans le tronc. Il joue plusieurs rôles important et nécessite des qualités différentes mais tout aussi importantes, soit la

souplesse pour laisser passer et la force pour soutenir avec fermeté. Par sa richesse symbolique, mais aussi par sa physiologie particulière, le bassin maternel, espace sacré de la femme, nous permet d’imaginer la complexité et les possibles difficultés rencontrées pour bien cerner cette douleur.


Nous pensons que par son approche manuelle et douce, la prise en charge ostéopathique, qui tient compte aussi de la dimension émotionnelle de cette problématique, est tout indiquée. Bien que jusqu'à maintenant, le traitement manuel ostéopathique n’occupe que peu de place dans la prise en charge de ces douleurs, parce qu’inconnu du grand public et aussi des médecins, il est permis de penser qu’il soit efficace sur le fait que l’on « mette le doigt où ça fait mal », car la reconnaissance physique des douleurs de la femme par le thérapeute, constitue une étape importante dans le processus de guérison.


En raison de la région anatomique, du caractère sexuel, du rapport avec la défécation, les femmes se sentent mal à l’aise de se plaindre de telles douleurs. Il faut souvent avoir établi un grand lien de confiance pour que les confidences voient le jour. Ces échanges peuvent difficilement avoir lieu à l’intérieur des dix minutes passées dans le bureau du médecin. Cela prend un temps pour que « la parole se rapproche du corps » pour reprendre les mots de C. Merger. Dans la plupart des cas, la démarche traditionnelle médicale est longue et le diagnostic arrive longtemps après.


Comment aborder le traitement des douleurs pelvi-périnéales considérant que cela appartient au domaine de l’intimité, de la sexualité ainsi qu’aux fonctions d’élimination ? Les questions de tabou, de pudeur et de dignité sont au centre du traitement. Les troubles associés aux douleurs pelvi-périnéales sont source de honte, de pudeur et de sentiment d’indignité. La femme peut même avoir des difficultés à exprimer sa plainte et redoute souvent le traitement en tant que tel, à cause de la douleur bien sûr, mais surtout à cause du caractère intime que cela peut impliquer.


Pour l’ostéopathe, les questions de pudeur et de dignité de la patiente auront un impact direct sur le choix des techniques, la qualité du toucher et surtout sa qualité de présence lors de ce type de traitement. Ce genre de traitement ne peut donc pas être un processus uniforme pour chacune, mais demande au thérapeute une approche personnalisée, une grande ouverture sur l’autre et une facilité à guider la patiente dans son processus de guérison avec ses propres limites.


La main est le premier outil de l’ostéopathe. Le toucher est perçu par le thérapeute d’abord mais aussi par la femme mettant en jeux les deux perceptions. Ce qui nous permet de dire que le toucher est une rencontre, un échange, un langage. Le toucher permet aussi la circulation de toutes sortes d’émotions, de là l’importance de la confiance en la relation ostéopathe-patiente. Le toucher rend tangible la réalité de ce qui est touché, son existence, sa localisation, sa forme, mieux encore que par la vue. Le toucher renseigne les autres sens.


Le périnée appartient à une zone intime qui ne se voit pas et ne se montre pas aux autres habituellement, en dehors de l’intimité d’un couple. Ce sont donc ses propres perceptions qui renseigneront la femme sur l’état de son périnée au contact des doigts de l’ostéopathe. Cela rend notre toucher encore plus important. Nos explications à la patiente accompagnent toujours les perceptions que nous avons et permettent à la femme de les interpréter, de leur donner un sens. Cependant, toucher l’autre c’est aussi entrer dans son intimité et cela peut être vécu comme une agression, une intrusion, touchant grandement la pudeur. Le sentiment d’intrusion est inévitablement renforcé lorsqu’il s’agit des parties génitales. Le mot pudeur vient du latin « pudere » et signifie avoir honte, causer de la honte (d’où le nom du fameux nerf honteux…nerf pudendal…). L’homme se serait d’abord recouvert par pudeur. C’est la pudeur qui serait à l’origine du vêtement. Il y a un lien important entre pudeur et honte, entre pudeur et estime de soi, la pudeur étant une protection de l’intimité et de la dignité. Nous sommes conscients que cela fait beaucoup de choses à considérer pour l’ostéopathe mais aussi pour la patiente, afin que le corps et les tissus acceptent de coopérer.


Le pelvis et le périnée font l’objet d’un investissement lourd sur les plans culturel, affectif, émotionnel et sexuel. Les femmes qui souffrent de douleurs pelvi-périnéales chroniques sont souvent en détresse psychologique, en particulier lorsqu’aucune cause lésionnelle apparente n’a été identifiée. Les Français ont trouvé le terme du périnée « cache-misère » qui décrit bien ce que c’est. Ce sont des lésions non-apparentes, des lésions périnéales internes importantes mais à périnée externe intact sans déchirure cutanéo-muqueuse. Les structures musculo-aponévrotiques sont les premières à céder. Lorsqu’il y a ruptures, elles touchent premièrement les aponévroses, les muscles puis ensuite le vagin et la peau. Il faut donc se méfier des éraillures vaginales ignorées du médecin, car elles peuvent nous faire penser à des lésions périnéales plus profondes qui ont touché les aponévroses, les muscles et le centre tendineux du périnée et donnent possiblement des douleurs pelvi-périnéales incomprises même difficiles pour la femme à expliquer. Lorsque ces douleurs ne correspondent pas à des lésions visibles, les femmes redoutent de se faire dire qu’elles n’ont rien et que la douleur est « psychosomatique. Le stress et l’état sympathique génèrent à la fois des contractures musculaires et une hypertonie qui n’aident pas aux symptômes et, lorsque l’on a mal, le stress est difficile à gérer.


L’humeur, les émotions, le stress, l’équilibre affectif, l’activité, la qualité du sommeil, l’équilibre hormonal, la mémoire d’expériences antérieures comme par exemple le vécu d’un accouchement difficile sont susceptibles d’avoir une influence sur la perception de la douleur. Il est intéressant de se rappeler que notre cerveau gère l’émotion douloureuse à partir d’informations d’origine nociceptive, seulement après les avoir intégrées, c’est-à-dire après les avoir évaluées, comparées avec d’autres informations présentes dans notre mémoire, confrontées avec notre état émotionnel du moment et avec notre environnement. La douleur ressentie n’est donc pas directement le reflet du traumatisme subi, mais est aussi et beaucoup celui de notre histoire personnelle, sexuelle, culturelle et sociale.


La douleur ressentie pourrait être considérée comme la somme de la souffrance passée, de la douleur actuelle et de l’anticipation sur la douleur à venir.


Une écoute attentive de la part de l’ostéopathe est la première étape indispensable. Pour la femme, sentir qu’elle peut parler de sa souffrance, se sentir entendue et reconnue peut déjà être un soulagement. Entendre réellement la plainte au-delà des mots et comprendre ce qui n’est pas dit est un des fondements d’une écoute réelle. Par contre, il faut bien faire attention et éviter la confusion entre les conséquences psychologiques d’une douleur pelvi-périnéale et l’origine psychologique de la douleur. L’ostéopathe n’est pas psychologue et dans le doute il aura a référer à un psychologue, sexologue ou à un psychiatre.


La douleur remonte à la nuit des temps. Toutes les civilisations au cours des siècles en parlent. Elle a pris racine dans l'histoire des hommes et de l'humanité. De l'Antiquité au XXIe siècle, quelles que soient les religions ou doctrines, la douleur a apeuré ou inspiré les comportements et les opinions les plus variés.

« Mais la douleur est un parfait malheur, le pire des maux, excessive, elle vient à bout de toute patienceDe nombreux philosophes, théologiens et écrivains ont sublimé celle-ci en lui accordant une certaine valeur de rédemption, de rachat ou de punition. D’autres ont valorisé sa grandeur et son acceptation. Depuis des temps très anciens, la malédiction divine pèse sur le sort des femmes enceintes et des femmes en couches. La Bible raconte dans le Livre de la Genèse que Dieu a condamné Ève à enfanter dans la douleur en l'expulsant du paradis, pour avoir enfreint ses règles. Pour le christianisme, les paroles de la Bible : « tu enfanteras dans la douleur » nous montrent à quel point, encore aujourd’hui, la femme est sous l’influence d’un bagage judéo-chrétien pour définir l’acceptation, la normalité des douleurs pelvi-périnéales suite à l’accouchement. Dans l’inconscient collectif, tant pour les croyants que pour les non-croyants, cette phrase a marqué.


La douleur est ainsi perçue comme une fatalité faisant partie du processus de l’accouchement, comme étant le prix à payer pour le privilège de mettre un enfant au monde. Et si ce n’était pas une fatalité ? Souvent dans les douleurs pelvi-perineales une des causes est l’atteinte totale ou partielle du nerf honteux ( pudendal ). La médecine jadis considérait que ce nerf, participant au plaisir sexuel était honteux…d’où son nom d’origine.

N’est-il pas curieux que ce nerf soit issu du sacrum par les trous sacrés S2, S3 et S4 ? Le nom même de sacrum ( os saint ) vient probablement d'anciennes croyances égyptiennes selon lesquelles il était l'os sacré du corps, peut-être du fait qu'il protégeait les organes génitaux. Il était considéré comme indestructible, même après la mort. Il devait être intact pour garantir la résurrection du corps. Voilà qui ajoute à notre curiosité et à notre intérêt pour cette partie de l’anatomie humaine, dans les connaissances des douleurs dites « de femmes ou de l’enfantement », considérées encore comme honteuses et secrètes. En anatomie, cette évolution se manifeste étonnamment par la transformation du nom de nerf honteux pour le nom de nerf pudendal, d’ailleurs très peu utilisé en gynécologie. Comme ces deux mots ont la même racine latine, la richesse de la langue française nous permet curieusement de remplacer la honte par la pudeur…


Mon but en tant qu’ostéopathe est de trouver une approche basée sur le « corps-unité », respectueuse des tissus et des structures pelvi-périnéales en tenant compte de l’aspect délicat, sacré et particulier de cette partie du corps dans sa problématique.


Développer la présence, l’écoute, un toucher doux, précis, avec le respect de la non-douleur qui, de cette façon, permettront aux femmes de se sentir en confiance, d’accepter que l’homéostasie fasse son œuvre et, par le fait même, rapprocher la parole du corps.


Extrait du travail de recherche: Les effets d’une approche ostéopathique sur les douleurs pelvi-périnéales persistantes ou chroniques par l’atteinte du nerf honteux.


Lyne Bourdages D.O

www.osteofeminin.com

Centre périnatal La Source en Soi, Mars 2014 


Références


Sources électroniques :


29e journées du Collège National des Gynécologues et Obstétriciens Français décembre 2005 Interview François Goffinet Paris


AGUR, W. et al., Does antenatal pelvic floor muscle training affect the outcome of labour? A randomised controlled trial.International Urogynecology Journal and Pelvic Floor Dysfunction


AMARENCO G. BAYLE B.SHEICK ISMAEL S. Prise en charge des névralgies périnéales par atteinte du nerf Pudendal- Syndrome du canal d’Alcock, www.prudendalsite.com page consulté le 28 janvier 2010


American society of Anesthesiologyst adapté de « Task Force on Pain Management », Chronic Pain Section. Practice guidelines for chronic pain management. Anesthesiology, 86, 1997


AUBUT Karine, Douleur de l’anneau pelvien chez la femme enceinte : traitement ostéopathique général et des ligaments utérins, Thèse Juin 2008 Montréal


BARONOSKI et al., Urogenital pain in clinical practice, Informa Healthcare Ed. New-York, 2008


BARRAL, J.P, Les manipulations uro-génitales. Edition Verlaque Ed 1995


BAZOT, I. M., Imagerie de la douleur pelvienne chronique, Journal de radiologie, Volume 89, Issue 1 part 2 January 2008


BEAUCHER, G. Complications maternelles des extractions instrumentales, La revue Sage-femme, Volume 8, 

Issue 3 J’une 2009


E. BEAUTRAND, et al. Réhabilitation pelvi périnéale, Nouvelle méthode pour le traitement de lanévralgie pudendale, Clinique Axum, 1300 Aix en Provence, octobre 1998 à avril 2008


Base de données de l’AFAR http://www.afar.info Etude réaliséele 8 m18 2004 dans le cadre de la semaine mondiale pour l’accouchement respectée


BECO, H. et J. MOUCHEL Intérêt de la décompression du nerf pudendal pour le chirurgien périnéologue p.47 www.perineologie.com consulté le 12 février 2012


BENOIT, C. Vulvo-périnéo-plastie pour douleurs vulvaires localisés à la fourchette, Annales de dermatologie et de Vénérologie, Volume 133, Issue 8-9, Part !, August 2006


BERNARD, B. SEPROUDHIS L., Vulvodynie, Revue Pelvi-périnéologie Springer Paris 2005


BISSCHOP G. Le plancher pelvien dans le post-partum, Guide pratique d’ostéopathie en gynécologie, www.perineology.com/files,/post_partum.pdf


BISSCHOP, G., Le Réflexe sacré, Revue douleur et analgésie 2007 Volume 20, No 3


BISSCHOP G., BESSCHOP E. Algies Pelviennes chroniques, AMAP 2010 www.amap.fr, recherches


BONNEAU, D. Approches des algies pelvi-périnéales de la femme en Médecine Manuelle Service de Gynécologie –Obstétrique CHU de Nîmes


BOURCIER, A., Pelvi-périnéologie du symptôme au traitement Sauram medical 2010 p.66 nous cite une étude de CARROLI G. BELIZIAN J. Episiotomy for a vaginal birth. Systematic review Cochrane data base pregnancy and childbirth group 2005


BUFFAT, J., And you will give birth in pain cahier psychiatrique no 23 Édition medicine hygiene Genèse, Suisse 1997


CARROLI, G. et J. BELIZIAN . Episiotomy for a vaginal birth. Systematic review Cochrane data base pregnancy and childbirth group 2005


CASSE Laurence, La rééducation périnéale : réappropriation par la femme de son corps, Monographie 343.541 DEG


COLANGELI H., Pudeur, dignité et rééducation périnéale Centre de soins du Marais 75003 Paris p.1( consulté le 17 août 2011) www.geyreelectronic.com/ perineologie, publication 1di 38 pdf.


Collège Royal des Obstétriciens et Gynécologues (2007) Ligne directrice no : 29 Gestion des troisième et quatrième degrés de déchirures périnéales après accouchements vaginale. Londres : RCOG


DELAVIERRE, D., et al. Service d’urologie-andrologie, centre hospitalier régional La-Source, Orléans cedex2, France Programme Urologie, 2010


D’ERCOLE, C. et al pro.Gynéweb/fr.source/Congres jta1998consulté le 20 octobre 2012


DIETX, H.P. et V. LANZARONE. ( 2005) Le traumatisme du releveur de l’anus après un accouchement vaginal obstétrique et gynécologique


DUMOULIN, C. Postnatal pelvic floor muscle training for preventing and treating urinary incontinence: Where do we stand? , Curr Opin Obset Gynécol, Volume 18


ELLEN, A.R. et al. [1990) Les dommages du plancher pelvien lors de l’accouchement Étude neurophysiologique British journal of obstetric and gynecologic 


FERNANDEZ, H., Douleur Pelviennes, EMC-Médecine, Volume2, Issue3, June 2005,


FRITEL, X. Troubles périnéaux quatre ans après le premier accouchement : Comparaison entre épisiotomie restrictive et systématique, Gynécologie Obstétrique & fertilité, Volume 36 Issue 10, Octobre 2008


GUÉRINEAU, M., J. LABATT, RIANT, RIOULT B. RAMÉE. LE CORVELLER, Prise en charge physiothérapique des douleurs pelvi-périnéales, Thèse Paris juin 2009. www.amap.asso.fr.documents/diaporama. Page consulté le 20 janvier 2010


GULIANO, F., Plaisir féminin, toujours le continent noir article du chercheur pionnier sur l’anatomie féminine a l’hôpital Raymond Poincarré, Service d’urologie. page consulté le 22 janvier 2012 http ://sexe.blog.lemonde.fr


HASLAM, J., dans La gestion thérapeutique de l’incontinence et des douleurs pelviennes Laycock EditionLondre 2008 ) Springer-Verlag


HASTING, M. et al. (2007) Getting through the birth in one piece: protecting the perineum. MCN.American Journal of Maternal and Child Nursing


KEANE, D.P. et al. (1997) Analyse de l’état du collagène dans les femmes nullipares ménopausées atteintes d’incontinences et de stress véritable British Journal obstetric and gynecology


KLAUS, M.H., The doula: an essential ingredient of childbirth rediscovered..1997 Oct


LABATT, J. La mathématique des douleurs pelvi-périnéales chroniques : Comment transformer un problème complexe en une sommes de problèmes simples? Revue Pelvi-périnéologie, Springer Paris Volume 4 Number 1 Mars 2009


LABRECQUE, M. et al., Women’s views on the practice of prenatal perineal massage. BJOG. 2001, vol. 108, n°5).


LANGER, B et MINETTI, A., Les complications immédiates et a long terme de l’épisiotomie, Journal de Gynécologie Obstétrique et Biologie de la Reproduction, Volume 35, Supplément 1, Février 2006


LE RAY, C. et Al, Département d’obstétrique et de gynécologie, CHU Sainte-Justine, Université de Montréal, Montréal (Québec) Conséquences périnéales selon les pratiques obstétricales : une étude comparative Ici-ailleurs Canada-France


LYNCH J.P. et E. LIBBY. M.Ds. Genital dermatology, Churchill Livingstone Inc, New York, 1994


MERGER, C., UFP et Université de Strasbourg, Octobre 2002 Douleurs pelviennes aiguës et chroniques de la femme


MERSKEY, H. and N. BOGDUK, A Current List with Definitions and Notes on Usage" Classification of Chronic Pain, Second Edition, IASP Task Force on Taxonomy, edited by IASP Press, Seattle, 1994.


MICHAUD F. VALLEUR P. Maladie de Crohn et douleur périnéale, Coll., Monographie AFC Octobre 2007


MORIN M., La fonction musculaire du plancher pelvien chez la femme continente et atteinte d’incontinence urinaire a l’effort, In : Faculté de Médecine Université de Montréal, Montréal


MORKVED et al .( 2007) Evidence-based physical therapy for the pelvic floor: bridging science and clinical practice: Phyladelphie, P.A Elsevier Health Sciences


NIIJS, P. Sexual dysfunctions in women with chronic pelvic pain , Sexologie, Volume 15,

Issue 2 April-June 2006


OSTERMAN, G. et P.QUENEAU. Comment aborder le malade souffrantLe médecin, le malade, la douleur. Paris : Masson; 2004


PERRIGOUARD, C., Painful Myofascial Trigger Point and Sites in men with chronic Prostatitis /Chronic Pelvic pain Syndrome, Annales de dermatologie, Volume 135, Issue 5 May 2008


PITT, M. et al. Prevalence and correlates of three types of pelvic pain in a nationally representative sample of Australian men. J Sex Med 2008


RITEAU, A.S., Le périnée féminin de la superficie a la profondeur , Mémoire de fin d’étude, Université de Nantes 2002-2003


SETH, L.A., The thesis The effect of osteopathic treatment on symptoms of pudendal nerve entrapement a chronological quasi-experimental study June 2011


SHELLER, M., La pudeur, traduit de l’allemand par M. Dupuy, Ed. Aubier, Paris, 1952


SCHIPMAN, M.K. et al. Antenatal perineal massage and subsequent perineal outcomes a randomized controlled trial. Br I Obstet Gynaecol 1997 SNOOKS, S.L. et al. [1984) Les blessures de l’innervation et de la musculature du plancher pelvien dans l’accouchement vaginal. Lancet 


SPINOSA J.P, E. BISSCHOP, Le reflexe sacré étagé dans l’étude de la névralgie pudendale, Revue Médicale Suisse 2006


SULTANT, A.H. et al. [1996) Préserver le plancher pelvien et le périnée durant l’accouchement. British Journal of Obstetric and gynecologic 


TRICO1T, P., traduit du Partenaire Silentieux de Rollin Becker 1997


University of California at San Francisco, USA. PMID: 9350877 [PubMed - indexed for MEDLINE extrait de : www.naissance.ca, regroupement des accompagnantes du Québec


VERRIT, A. et al. The prevalence of sexual dysfunction and associated risk factors in women with chronic pelvic pain: a cross-sectional study, Arch Gynecol Obstet 2006


VIGDIS, A. et al Perinéal techniques during the second stage of labor for reducing perineal trauma Editorial Group: Cochrane Pregnancy and Childbirth Group Published Online: 7 déc. 2011



Livres :


AMIGUE J, P L’ostéopathie : Fondement clinique et applications Paris : Ellebore 1998, Thésus


AMIGUE J, P L’ostéopathie : Fondement clinique et applications Paris : Ellebore 1998, Thésus


BINOCHE T. MARTINEAU C, Guide pratique du traitement des douleurs 2005


CALAIS-GERMAIN B. Le périnée féminin et l’accouchement 2006


GALIAC, ALANBARI S. Rééducation périnéale féminine mode d’emploi 2005


GROSSE, D., SENGLER, J Rééducation périnéales


La Bible, ancien testament, Le pentateuque Genèse- 3 verset 16 « Et tu enfanteras dans la douleur ».


LACHOWSKY M., WINAVER D, Aspect psychosomatiques de la consultation en gynécologie 2007


LACROIX LAURINE, Prise en charge des douleurs périnéales dans le post-partum immédiat, 2006


LANSAN J. MAGNIN G. Obstétrique 2008


LELOUZY, ES. V., Douleur pelvienne chronique Service de Gynécologie C.H.U Carenneau Nime


MAIGNE, J.y., Le Courrier de colo-proctologie,(IV), n° 3, juil.-août-sept 2003


MAIGNE, J.Y., Le mal de dos au féminin Édition du Rocher 1998


MARIEB, Anatomie et physiologie humaine, De Boeck Université


MILTON, J., Le paradis perdu, livre 6, deuxième édition 167


NETTER F.F Atlas d’anatomie humaine, Maloine 2ième édition


RAYMOND R. Ostéopathie Gynécologie fonctionnelle, SIMEP édition 1992


STEIN, A. Heal the pelvic pain 2009


VIBES J. Guide de la douleur : Le syndrome douloureux chronique 2001


WALDMAN D SYEVEN COSSERAT J, Syndrome douloureux atypiques 2006



Autres références :


DUFRESNE, C., professeur de 4 ème année E.P.O.Q note à l’étudiant finissant juin 2011